Retour sur la soirée de présentation du livre blanc CDAF des SI Achats

Hier soir j’ai pu assister comme 500 autres personnes (acheteurs, mais aussi financier et DSI) à ce qui nous avait été annoncé comme « la grande soirée des SI achats »

Nous attendions une restitution objective et sans langue de bois d’une véritable étude sur l’état de l’art des SI achats en France….

Premier étonnement : 6 éditeurs seulement présents. Il en manque et non des moindres… ou sont-ils ? Ont-ils refusés de payer pour figurer dans l’étude ? Nous nous contenterons donc d’un décryptage de ces 6 éditeurs :

  • Ariba
  • Bravo solution
  • Coupa
  • Ivalua
  • My procurement
  • Synertrade

Heureusement page 18 du livre blanc qui nous a été remis on découvre une palette plus importante d’éditeurs mais il en manque encore beaucoup…

Seconde déception : Les clients témoins. Encore une fois que des très grands comptes. Personnellement j’aimerais que ces grandes messes des achats laissent aussi un peu la parole à des entreprises de tailles intermédiaires. Les clients représentés :

  • Carrefour
  • BPCE
  • Sanofi
  • RATP

La soirée (un peu longue à mon goût et manquant d’interactivité) était partagée en deux grandes parties.

Dans la première partie la parole a été donnée aux quatre clients représentés sur scène, dans la seconde partie c’était le tour des éditeurs.

Côté client même si cela n’a pas été souligné sur quatre représentés, deux ont fait le choix du module e-procurement de leur ERP pour gérer le processus « procure-to-pay » et tous ont souligné dans les critères importants la connectivité entre le SI achats et l’ERP.

Peu mis en avant également le procure-to-pay ne couvre chez la plupart que les achats « indirects ».

Dans les facteurs clés de réussite on a pu noter que le fait d’avoir été accompagné pour mener une phase d’avant-projet (4 à 5 mois) étaient un des critères importants de réussite. Cette phase permet de définir un plan directeur court, moyen et long terme mais aussi de préparer la conduite du changement en donnant la parole aux futurs utilisateurs.

L’autre recommandation à retenir est de « restez sur le standard produit » quitte à travailler avec l’éditeur sur l’évolution de son standard. Ceci est devenu un prérequis puisque tous ces produits sont maintenant en mode SaaS.

POC ou pas POC ? Payant ou non ? Dans la phase de sélection ou une fois le produit sélectionné ? Le débat est ouvert.

Tout d’abord pour les non-initiés qu’est-ce qu’un POC (Proof Of Concept) ? C’est le fait de faire une maquette qui permettra de valider que le produit répond bien au besoin. J’ai personnellement un avis très partagé sur le sujet (ce sera l’objet d’un prochain article de blog) En effet pour avoir été au cours de ma carrière des deux côtés (parfois du côté du couple intégrateur/éditeur, parfois du côté client) au cours de mes quelques dizaines de projets j’ai pu constater ceci :

  • Le POC a un coût (pour l’éditeur mais aussi pour le futur client), coût que dans tous les cas le client va payer,
  • J’aime à dire que « le diable se cache dans les détails », j’ai vu nombre de projets ou malgré un temps considérable passé en maquettage on découvrait des problèmes importants en cours de projet,
  • Les éditeurs sont rodés à ce genre d’exercice et savent souvent vous emmener là où ils veulent durant le POC.

Une alternative au POC, possible maintenant que les solutions sont en mode SaaS, est la mise à  disposition du produit pour le tester durant un temps déterminé (selon les modules concernés et vos souhaits cela peut prendre différentes formes, par exemple certains clients d’Effixens ont pu tester un module de e-sourcing et enchères sur un ou deux dossiers de consultation en réel et pas seulement en simulation).

Cela va vous permettre entre autre de vérifier que l’ergonomie facilite une prise en main rapide, sans formation (il me semble que c’est l’une des attentes exprimés), que le chargement de vos données est facile et vous laisser le temps nécessaire pour simuler vos processus.

Quelques conseils ont retenus mon attention car ces aspects passent souvent au second plan dans le processus de sélection : Intéressez-vous de près au support post projet, allez visiter les data centers et centre de help desk.

Les éditeurs avaient ensuite chacun quelques minutes pour présenter leur société puis une phase de questions réponses devaient permettre de mieux connaitre l’offre de nos amis éditeurs. Le débat est resté très général chacun s’exprimant à tour de rôle sans véritable débat ou échange avec les clients.

Si vous souhaitez mieux connaître ces solutions mais aussi celles des éditeurs non présents, je vous propose de vous référer à notre étude détaillée des solutions qui vous intéresseraient en nous contactant ici

Seule annonce de la soirée : Bravo solution  qui annonce couvrir désormais l’ensemble du processus « procure-to-pay » avec sa solution.

Mieux nous connaitre …. Effixens.fr.

Ubister retenue par SAP pour distribuer les solutions Ariba

Nouvelle étape dans le développement de la société Ubister. Le revendeur et installateur de solutions de gestion, en mode SaaS, vient d’être choisi par l’éditeur allemand SAP, leader du marché du cloud computing, pour distribuer ses solutions achats à destination des PME, développées par sa filiale Ariba.

« La confiance accordée par SAP et Ariba est une réelle reconnaissance du travail réalisé depuis plusieurs années par notre équipe de consultants, confirme Pierre Gueguen, P-dg d’Ubister. Cela témoigne de notre volonté de poser la première pierre d’un département SI Achats Cloud et d’accompagner, avec encore plus de proximité, nos clients dans leur stratégie d’outsourcing et de flexibilité au quotidien. »

Pour mener à bien cette stratégie, Ubister a noué un partenariat avec la société Effixens, spécialisée dans les systèmes d’informations achats. « Nous interviendrons sur la partie métiers aux côtés d’Ubister chargée du déploiement technique, précise Anne Marie Guillemoteau, directrice associée. La formation et l’accompagnement personnalisé des acheteurs qui vont utiliser le logiciel Ariba sont deux éléments essentiels de réussite. »

Monique Ventura-Delatour, chargée des ventes des solutions SAP/Ariba auprès du réseau des partenaires, confirme la volonté de l’éditeur allemand d’accompagner Ubister dans son processus de diversification.

« Nous partageons cette vision à long terme qui consiste à muter du statut de prestataires de solutions techniques vers les métiers du conseil et de l’expertise en continue. Elle prend tout son sens avec la richesse offerte par les fonctionnalités des solutions achats Ariba. »

Contact presse : laure.camus@ubister.fr – tél. : + 33 (0)2 96 24 54 25 – www.ubister.fr

A propos d’UBISTER :

Ubister a été fondée en 2010 par Pierre Gueguen et Nathalie Sarrey. La société est Partenaire Gold de SAP et n° 1 en France pour la mise en place de l’ERP proposé en mode SaaS, SAP Business ByDesign. Basée à Rostrenen (22), Ubister s’appuie sur quatre agences en région : Lorient (56), Valence (26), Rennes (35) et Paris (75).

A propos d’EFFIXENS :

Effixens est un cabinet de conseil spécialisé dans l’assistance à la mise en place des ERP et des outils SI métiers dans les domaines des achats et de la logistique. Basé à Laval (53) et Paris (75),il a été fondé en 2011 par Anne-Marie-Guillemoteau et Jean-Michel Mabille.

 

Effixens participe à la table ronde « Best-of-breed versus suite progicielle »

le 01/10/2014 de 10h00 à 11h15

Best-of-breed versus suite progicielle, la question concerne désormais les solutions eAchats ! Ce débat, que l’on a connu dans le passé à l’occasion de la prise de pouvoir des ERP, s’impose à nouveau à tous ceux qui souhaitent moderniser les grandes fonctions des Achats. Le cloud/le SaaS simplifie l’adoption des solutions « best-of-breed » tandis que la logique de « suite progicielle eAchats » plaide pour l’acquisition d’applicatifs intégrés mono-éditeur. Dès lors, comment choisir ? Et pourquoi ?

Mieux nous connaître … Effixens.fr.

Ariba Live 2014 – En direct de Roma

ariab live

Effixens a assisté ce jour à l’Ariba Live qui cette année se tenait dans la banlieue de Rome.

Une assistance nombreuse pour le premier meeting lors duquel nous avons pu entendre quelques clients parler de leur expérience avec Ariba suivi d’une excellente conférence par un docteur en économie sur le futur des achats.

Pas de grande surprise ! On nous explique que l’acheteur « Cost killer » est en voie de disparition. L’accent est mis sur la collaboration, la gestion des risques…

Une intéressante démonstration a été ensuite faire sur l’application mobile temps réel. A noter que chez SAP l’application mobile est disponible off-line et se resynchronise automatiquement lors de la reconnexion. Vous allez donc pouvoir valider vos demandes d’achats dans l’avion !

La mobilité est l’un des focus lors de cette dernière édition

Le second focus mis par les équipes SAP/Ariba est le Cloud. A noter l’annonce de l’ouverture d’un centre d’hébergement de données en Europe.

Mais rassurez-vous SAP annonce maintenir son offre SRM on-premise.

Le troisième focus c’est bien entendu le passage sous HANA (pour ceux qui ne savent pas encore ce que c’est, nous allons publier un petit mémo de vulgarisation sur le sujet la semaine prochaine).

Des temps de réponse fortement diminués, on nous cite l’exemple d’un client dont la requête est passe de quelques heures à 2 minutes ! Le passage sous HANA est annoncé comme totalement transparent pour les clients Cloud. Des exemples d ‘utilisation de HANA nous sont présentés :

  • La gestion du risque fournisseur permettant d’aller vérifier les informations du Web et la capacité à analyser non seulement le risque de son fournisseur mais aussi celui de toute la supply chain c’est à dire des fournisseurs de votre fournisseur  tout au long de la chaîne d’approvisionnement,
  • Une analyse prédictive des risques,
  • Un recherche étendue et intelligente comme cet exemple de recherche d’un développeur à Rome dont on ne connais pas le taux habituellement pratiqué pour ce type de profil a Rome. L’outil va permettre de trouver les prix pratiqués et même les développeurs correspondants  au profil recherché sur Rome.

Quatrième focus : le Procure-to-Pay

Enfin, quelques sujets sur l’utilisation d’Ariba pour les achats directs ont été présentés.

En conclusion, un Ariba Live 2014 intéressant, qui démontre une fois de plus l’intérêt d’une veille active sur le domaine.

Mieux nous connaître … Effixens.fr.

Effixens était présent à l’Ariba live à Berlin la semaine dernière

IMG_20130604_090254

 

Effixens a assisté à l’Ariba Live 2013 qui s’est tenu à Berlin du 3 au 5 Juin.

Le bleu était de mise jusque dans les cocktails servis lors de la réception de bienvenue…

Une particularité de l’Ariba live est de favoriser au maximum les temps d’échanges et de networking entre tous les participants. Ceci permet d’échanger avec les clients, futurs clients (le monde SAP était fortement représenté) les fournisseurs et Ariba. L’apps mobile mise à la disposition des participants par Ariba  offre une palette de fonctionnalités dont une est un véritable accélérateur de mise en réseau : en un clic, on peut inviter un ou plusieurs participants, les échanges sont incroyablement simplifiés et rapides.

Parmi les sujets évoqués, quelques thèmes principaux ont retenu notre attention lors des différentes conférences:

  • La roadmap SAP / Ariba
  • Le réseau fournisseur,
  • La dématérialisation des factures

Lors de la matinée nous avons pu entendre les dirigeants d’Ariba vanter la puissance et les avantages du réseau fournisseurs. Nous avons ensuite eu le témoignage d’un fournisseur.  Au cours du dîner nous avons pu échanger avec certains d’entre eux qui nous ont confirmés que pour eux il y a effectivement un véritable retour sur investissement!

Des évolutions du produit tendent à rendre l’ergonomie d’Ariba comparable à un condensé  d’Amazon / Twitter / Facebook dédié aux professionnels de l’achat. Une démonstration a été faite pour montrer un exemple d’achat de prestation de conseil, liant des filtres Ariba et des données liées aux compétences attachées  aux profils LinkedIn entre autre. Assez bluffant …derrière tout cela la technologie HANA entre autre.

Ensuite nous avons bénéficié du retour d’expérience d’EADS qui mene depuis 2009 un un projet visant à dématérialiser à terme 75 % de ses factures d’achats indirects. Le retour d’expérience suivant concernait la mise en place d’Ariba chez SAP en 3 mois.

L’après-midi et  la journée du lendemain était organisé en ateliers animés par Ariba, SAP et des clients.

Quelques points clés sont à retenir :

  • Les offres SAP  et Ariba vont  co exister avec une approche plus « on-premise » côté SAP, « on-demand »  côté Ariba. Toutefois Ariba assure le maintien de ses solutions « on-premise » pour les clients existants
  • Une nouvelle ergonomie plus proche de ce que l’on utilise à titre personnel sur le WEB
  • L’utilisation un peu partout de la technologie HANA
  •  Le développement d’intégration entre SAP ECC et l’ensemble des modules achats et supply chain de SAP et Ariba favorisant une utilisation mixte entre les deux marques. Au-delà, c’est surtout la volonté d’étendre les outils Ariba aux achats directs de l’entreprise dans  un but d’optimisation de toute la supply chain dès 2014.
  •  Une nouvelle architecture pour le catalogue améliorant considérablement les fonctionnalités de création et mises à jour ainsi que de recherche en particulie.

Enfin  nous avons eu une présentation de l’offre Ariba Discovery dont l’accès gratuit permet de rechercher un fournisseur. Nous allons tester cette fonctionnalité dans les prochains jours.

Mieux nous connaître … Effixens.fr.